Maillots du Mondial 2010

La France et la der d’Adidas

Partenaires depuis 1972, Adidas et l’équipe de France effectueront cet été leur dernier voyage commun en Coupe du monde.
Le clap de fin a retenti, à la surprise générale, en février 2008, quand la Fédération tricolore a signé un contrat de sponsoring record avec Nike, le grand rival de la marque aux trois bandes.

Maillot coupe du monde 2010

Coût de l’opération ? 42,6 millions d’euros par saison pour la période 2011-2018. Ce contrat en or fait de la tunique bleue le maillot le plus cher du monde, devant celui anglais de Umbro.
Pour faire mousser les transactions, la Fédé a lancé un appel d’offres (ce qu’elle se refusait de faire avant) faisant le jeu de la surenchère. C’est désormais certain, les Bleus seront prochainement champions du monde… du sponsoring.


La Slovénie renverse les montagnes.

A quoi renvoie l’étonnant zig-zag qui barre le nouveau maillot slovène ? Le graphisme évoque le Mont Triglav, symbole national et plus haut sommet du pays (plus de 2 800 m). Terre de légendes, le Triglav s’affiche sur les pièces de monnaie slovènes et sur le drapeau notamment.

Maillot coupe du monde 2010

Si le clin d’œil est bien pensé, en revanche la réalisation graphique peut faire sourire. Le dessin représente quatre pics montagneux alors que le Triglav, comme sa traduction littérale le signale (“Trois Têtes“), n’en comprend que trois !


Le Brésil rit jaune.

Le maillot 2010 de la prestigieuse Seleção raconte sa riche histoire, riche en tragédies et en victoires éblouissantes.
Les pessimistes se rappelleront que la couleur jaune a été adoptée par défaut, au début des années 50, pour oublier le souvenir traumatisant du Maracanazo : lorsque les Brésiliens avaient perdu la Coupe du monde 1950, lors du dernier match contre l’Uruguay au Maracanã, ils portaient un maillot blanc…

Maillot coupe du monde 2010

Les fans du foot brésilien se souviendront, à la vue du nouveau col rond, de la mythique victoire de Pelé et des siens en 1970. Ils souriront également aux 5 étoiles brodées au-dessus du logo de la CBF, se rappelant peut-être que le Brésil fut la première équipe, en 1974, à afficher une étoile de champion du monde sur son maillot auriverde.